Gérer les risques environnementaux

PresentationMembresPublicationsProjets

Les perturbations écologiques et le changement climatique ont notamment pour conséquence de rendre notre avenir de plus en plus incertain, et les sociétés doivent relever le défi de s’orienter vers une économie plus verte et durable. Cette situation soulève un certain nombre de défis scientifiques : entre autres, il est important de définir et d’évaluer correctement les risques environnementaux, de comprendre le comportement des individus dans de telles situations et d’analyser comment des stratégies de financement et d’investissement innovantes pourraient aider les sociétés à faire face aux changements environnementaux.

Ce groupe de recherche relève ces défis en s’appuyant sur une expertise de recherche en économie environnementale, économie expérimentale, économétrie et finance. En particulier, nos recherches combinent des méthodes théoriques et expérimentales, la théorie de la valeur des options, l’optimisation dans l’incertitude et les expériences en laboratoire.

Les travaux de recherche sont axés sur deux priorités principales. La première est liée au problème de la modélisation des risques. L’objectif est d’analyser les comportements d’atténuation, de prévention et d’adaptation dans les environnements à risque afin de comprendre comment faire face aux risques environnementaux majeurs. La deuxième priorité porte sur le potentiel des stratégies d’investissement et de financement pour relever les défis environnementaux. Différentes questions sont analysées, telles que l’impact des stratégies de responsabilité sociale et environnementale des entreprises, ou la dynamique des prix sur les marchés environnementaux.

Recherche

 

Ph.D Students & Post-docs

 

Staff

Beam -Analyses comportementales et expérimentales en macro-finance

Le projet vise à analyser les effets des politiques macroéconomiques, à la fois monétaires et budgétaires, des réglementations liées à la divulgation d’informations et de l’introduction d’instruments financiers dans des cadres analytiques basés sur des analyses comportementales plus solides.

Nous mènerons des recherches aux niveaux individuel et collectif en combinant des expériences de laboratoire, des outils informatiques et de la modélisation mathématique, tout en accordant une attention particulière à la façon dont comment les décisions individuelles sont agrégées en résultats collectifs et comment les résultats collectifs rétroagissent sur les décisions individuelles.

Confinobs project – Barrier and containment compliance and observation: a behavioural economics approach

Le projet CONFINOBS vise à identifier les déterminants de la propension à adopter et à suivre les recommandations de prévention et de confinement en ce qui concerne la propagation du virus Covid-19. Le postulat de base est que cette propension est déterminée par les caractéristiques personnelles des individus : leurs préférences en matière de risque, leur impatience, leur maîtrise de soi et leurs préférences sociales (par exemple, l’altruisme, la générosité, la confiance et la coopération). L’objectif principal est d’identifier l’effet de ces dimensions comportementales sur le respect des mesures de confinement et l’adoption des gestes de barrière. Leur connaissance est une condition préalable essentielle pour concevoir des instruments non coercitifs plus efficaces, tels que des incitations monétaires et non monétaires (nudges), afin de mieux cibler la communication pendant et après la crise, et d’accroître son impact sur le comportement

 

CRaMoRes : Risques changeants et ressources communes mobiles: Analyse économique des comportements des usagers et instruments de politique publique pour la soutenabilité – CRaMoRes 

Les ressources naturelles renouvelables sont constamment menacées de surexploitation, en particulier si (i) elles sont de nature commune et (ii) mobiles, car les utilisateurs des ressources ont des incitations stratégiques à extraire plus que la quantité socialement efficace.

Deux cas importants et toujours non résolus en Europe sont la surpêche et la surexploitation des ressources en eaux souterraines. De nouvelles approches politiques scientifiquement solides sont nécessaires, car ces ressources sont confrontées à des risques changeants et croissants : d’une part, le changement climatique modifiera la volatilité de la régénération de la ressource ainsi que les points de basculement potentiels dans sa dynamique de mouvement. D’autre part, les modèles d’utilisation des ressources façonnent les risques et conduisent ainsi à des « risques endogènes ». Jusqu’à présent, la recherche sur ces questions s’est concentrée sur des acteurs rationnels et neutres au risque – une hypothèse en net contraste avec les preuves de l’économie comportementale.

CRaMoRes met en place une nouvelle théorie et un nouveau modèle, considérant différents types de comportements individuels à risque, y compris l’aversion au risque et les préférences de risque dépendantes de l’état. Nous étudions comment les changements dans le forçage climatique et les risques endogènes affectent les incitations stratégiques à la (sur)utilisation des ressources des ressources communes mobiles. CRaMoRes analyse et propose de nouvelles approches politiques adaptatives, y compris une gestion basée sur les droits, sur le marché et sur l’information. Pour Douadiaévaluer les conséquences distributives de l’évolution des risques, nous utilisons des critères d’évaluation sociale récemment développés dans des situations à risque. CRaMoRes testera expérimentalement les implications de différentes approches politiques en laboratoire. Nous quantifions et testons les approches politiques nouvellement conçues pour deux études de cas : la pêcherie de la Baltique et l’aquifère du Rhin supérieur

 INACRE : Floods, amenities and residential choice 

Les inondations provoquent des dégâts et des perturbations importantes dans le monde entier. Cependant, de plus en plus de personnes choisissent de s’installer dans des zones inondables afin de bénéficier d’aménagements naturels ou urbains et de prix immobiliers plus bas.

L’objectif principal du projet est de comprendre l’effet de l’information sur les inondations sur les choix résidentiels des ménages, en tenant compte des compromis qu’ils font entre les commodités et le risque d’inondation. Le projet est mené dans sept municipalités le long de l’arc méditerranéen en France, et contient une enquête auprès de 700 ménages.

  1. Dans un premier axe, nous estimons le différentiel de prix dans les zones inondables et non inondables, en prenant en compte les aménités naturelles et urbaines des zones ainsi que des informations sur les inondations.
  2. Sur un deuxième axe, nous réalisons une expérience de choix et évaluons les valeurs des risques et des commodités dans le choix de la résidence, en tenant compte des caractéristiques individuelles des répondants.
  3. Dans un troisième axe, nous évaluons l’efficacité de différentes politiques d’information sur les inondations. En particulier, nous étudions l’effet de la divulgation d’informations supplémentaires (contenant la description des conséquences concrètes des inondations), et l’efficacité de deux politiques existantes, les plans de prévention des risques d’inondation (PPRi) et l’information acheteur-locataire (IAL).

Le projet est réalisé en collaboration avec l’UMR BETA (Nancy, France)

MPA-POVERTY -Les aire marines protégées peuvent-elles diminuer le niveau de pauvreté dans un contexte de désertification des terres ?

Les impacts des changements climatiques sur l’agriculture et la pêche en mer devraient majeurs, variables et généralement défavorables, en particulier dans les pays tropicaux où le développement économique et la santé humaine représentent des enjeux majeurs. Nous émettons ici l’hypothèse que les vvillages côtiers proches des aires marines protégées peuvent mieux atténuer la pauvreté dans le contexte de la désertification des terres que leurs homologues sans aucune action de gestion.Nous proposons de tester le lien entre la protection de l’environnement et le développement économique sur une longue période

Nous suivrons un processus allant de l’acquisition des données jusqu’à la prise de décision où « remettre le poisson au menu « est une voie de transformation potentielle dans un contexte de désertification des terres. Six objectifs principaux sont envisagés :

  1. Délimiter et caractériser tous les systèmes socio-écologiques côtiers et ruraux sur les côtes de Madagascar, Comores, Mozambique, Kenya et Tanzanie
  2. Sélectionner les systèmes socio-écologiques côtiers et ruraux représentatifs dans le canal du Mozambique
  3. Estimer les niveaux socio-économiques des systèmes socio-écologiques côtiers et ruraux sélectionnés
  4. Tester de l’hypothèse selon laquelle la proximité d’une aire marine protégée gérée localement peut améliorer le développement économique et la santé humaine dans le contexte de la désertification des terres.
  5. Identifier, visiter et comprendre les points « brillants « et « sombres «, c’est-à-dire les systèmes socio-écologiques côtiers et ruraux ayant le niveau de développement économique et de santé le plus élevé et le plus bas.
  6. Diffuser nos résultats et nos solutions transformatrices auprès des gestionnaires locaux, des populations et des gouvernements.
Riskadapt – Local adaptation in an environment at risk 

L’homme a colonisé divers environnements, de sorte qu’il est fort probable que des gènes spécifiques, permettant l’adaptation à chaque environnement, aient évolué localement (comme l’adaptation à l’hypoxie en haute altitude). Ces gènes permettent l’adaptation à un environnement local, ou spécifique, par un changement physiologique permanent ou, au contraire, par un changement de comportement.

De nombreux gènes sont connus pour influencer le comportement dans des contextes expérimentaux, tels que les allèles du locus D4 des récepteurs de la dopamine (DRD4), qui est associé aux attitudes face au risque. Cependant, les preuves directes d’une sélection agissant sur ces gènes font défaut à ce jour.

Les volcans actifs et leurs populations exposées représentent des atouts uniques pour l’étude des racines de telles réponses d’adaptation.

Les objectifs de ce projet sont donc de

  1. étudier le comportement des personnes prenant des risques dans des environnements contrastés, à la fois à risque et (presque) sans risque ;
  2. examiner la possibilité d’une adaptation locale aux environnements à risque ;
  3. identifier tous les gènes sélectionnés pertinents impliqués dans cette adaptation locale.

Les environnements à risque considérés sont les flancs et les plaines environnantes de volcans actifs et dangereux, sur lesquels des groupes ruraux stables se sont développés

TRAJECTOIRES: Tempslonget progressivité de l’action publique: acceptabilité et opérationnalisation des trajectoires d’adaptation des territoires littoraux

La stratégie nationale de gestion du trait de côte préconise une  » recomposition spatiale  » pour s’adapter aux effets de la montée du niveau de la mer et des submersions marines. Une telle politique nécessite une vision plus large de l’aménagement du territoire, incluant les risques, pour laquelle des trajectoires adaptatives et des actions publiques progressives peuvent être utiles.

L’objectif de ce projet est d’étudier l’applicabilité d’une action publique progressive pour la gestion des zones côtières. Dans le premier axe, nous co-construirons des trajectoires adaptatives dynamiques avec les gestionnaires du littoral, en tenant compte des contraintes de leur contexte de travail. Dans le second axe, nous analyserons comment les habitants perçoivent les trajectoires d’une action publique progressive et comment ils font des arbitrages individuels dans ce contexte. Globalement, le projet étudiera l’horizon temporel pertinent à prendre en compte et les séquences de gestion à choisir pour une politique progressiste opérationnelle et acceptable. Un troisième axe est consacré à plusieurs activités éducatives destinées aux étudiants ainsi qu’aux gestionnaires du littoral.

Le projet est mené dans trois régions françaises : Nouvelle Aquitaine, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur. Il est réalisé en collaboration avec l’UMR CEPEL (Montpellier, France), l’UR ETTIS (Bordeaux, France) et l’UMR ESPACE (Marseille, France).

Animateur du champ thématique

NGUYEN-HUU Adrien

Faculty

See more